Accueil  

Liens

Spiritualité AA

une interprétation

A.A.

12 et 12  

Mes textes pour A.A.

 

l'intégration des principes fondamentaux de l'existence et la prise de conscience d'être dans la vie et non quelqu'un à part.

 

Pascal disait: " je pense donc je suis" ; aujourd'hui je peux paraphraser et dire : J'existe donc je peux affirmer mes droits à l'existence" J'ai en effet longtemps fonctionné comme quelqu'un de parachuter en terrain étranger où je ne devais qu'à la mansuétude des autres, des autochtones de pouvoir y avoir ma place. Il m'a fallu longtemps et tout un cheminement pour comprendre que ma place était à prendre là ou j'existais, qu'il s'agissait d'un droit acquit à la naissance et non une générosité de ceux avec qui je vivais. Il m'était dû de prendre ma place. Peut-être que dans ma jeunesse un parent en colère suite à une bêtise m'avait probablement invectivait en me disant que je n'étais pas chez moi mais chez eux. A la suite de plusieurs réflexions de ce genre aurais-je là aussi intégré un sentiment d'exclusion? Probablement. Comment ai je pu tordre le cou à ce type de sentiment pour ne plus me croire en dehors, exclu, importun, seulement toléré?

De ce fait j'ai toujours eu l'impression qu'il me fallait pour pouvoir être admis me conformer autant que possible au désidérata de bien des personnes de l'entourage et relations d'affaires. Voilà donc ce qui m'a souvent éloigné des bonnes décisions et pour plaire ou simplement me sentir intégré j'abandonnais ce que m'inspirais une bonne autonomie personnel pour lâchement me couler dans le moule, renonçant ainsi à mes idéaux, et prêt à accepter sans broncher certaines compromissions.

Déjà le sentiment d'appartenance aux groupes des Alcooliques Anonymes, bien que ceux-ci soient vécus généralement comme un peu particulier, m'a permis de sortir d'une solitude dans ma particularité d'être un Alcoolique , mais aussi d'être intégré avec des hommes et des femmes dans l'existence au même titre qu'eux. J'ai commencé à mieux vivre ma propre réalité.

J'ai eu la chance quelque temps après mon adhésion aux AA de pouvoir m'inscrire à des sessions "Personnalité et relation Humaines" (P.R.H.) tel que :" Qui suis-je", "Affectivité et relations interpersonnelles", " Conduire sa vie ", "Relations d'aide" et quelques autres; j'ai formidablement bien vécu ces moments de formation. J'y ai puisé, non seulement une connaissance de moi-même en profondeur, mais aussi la libération de certaines de mes névroses comme par exemple mon sentiment permanent d'exclusion dés que je me trouvais en compagnies de deux autres personnes ou plus. J'ai enfin pu commencer à me comprendre, à pointer mes souffrances, en déceler l'origine, à y voir comment peu à peu je pouvais m'en débarrasser. En parallèle à ces sessions j'avais un immense champ d'expériences avec les réunions de partages des Alcooliques Anonymes pour analyser de façon très pratique mon vécu intérieur. C'est d'ailleurs grâce aux sessions P.R.H. que j'ai pu être convaincu du bien fondé d'Alcooliques Anonymes et à l'inverse grâce à la philosophie des AA que P.R.H. m'est apparu comme touchant de prés aux vérités des fondements de l'humain.

Une découverte m'a bien aidé également au fil des partages dans cette sorte de thérapie de groupe que sont les réunions Alcooliques Anonymes. J'y ai découvert le but de la vie. Je me suis souvent torturé pour connaître la finalité de mon existence, vers quoi devais-je aller pour découvrir la finalité de ma vie et d'élucubration en pensées tortueuses je n'aboutissais jamais à quelque chose de satisfaisant. Là encore mon esprit compliqué, et mes prétentions vaniteuses me faisait élaborer des schémas de parcours de vie sans grand fondement avec les réalités, et ma réalité. Un jour au détour d'une phrase simplement exprimé par un Ami AA j'ai été saisi par la simplicité avec lequel il posait son regard sur la vie. Oui bien sûr le seul but de la vie et de vivre et ma responsabilité essentiel est de l'accomplir de façon la plus heureuse possible. Voilà donc ce qu'il me fallait comprendre et par voix de conséquences j'ai pu comprendre qu'il valait mieux avoir de bonnes raison de vivre que des but à atteindre ce qui d'ailleurs n'empêche pas d'avoir des projets mais ils sont relativisé et l'échec éventuel n'est plus une catastrophe, simplement une réorientation à envisager. Je me suis d'ailleurs aperçu que dans cette optique, beaucoup plus conscient de mes manques et mes limites, mes projets deviennent plus adaptés à mes capacités, ce qui rends plus rares les échecs. 

 

Une véritable conversion s'est opérée et mon intériorité en a été bouleversée. je suis passé d'un pôle négatif à un pôle positif sur bien des plans que je peux résumer de la façon suivante.

      hautde page                                                                                                          retour sommaire

                                                                                                                                                      suite: